L'histoire de notre vignoble, ou la succession de cinq générations

C’est en 1866 que débute l’histoire de notre vignoble. Maurice MOREAU, l’arrière-arrière-grand-père, est agriculteur, et c’est lui qui le premier plantera de la vigne dans la propriété. Après quelques belles récoltes, arrive le fléau du phylloxera, maladie venue des Etats-Unis en 1888. Toutes les vignes de la région seront détruites, et il faudra beaucoup de courage pour replanter le vignoble. Puisqu'il avait un peu de stock d'eau-de-vie, il vendit tout et ainsi replanta rapidement son vignoble. Son mérite fût reconnu au plus haut et on lui décerna un Diplôme lors de l'exposition Universelle à Paris en 1889, ainsi qu'une médaille.

Diplôme de l'exposition universelle de Paris en 1889. 

A cette époque, le vignoble charentais se développa très rapidement. Du fait de la renommée de ses eaux-de-vie, il atteignit rapidement près de 380 000 Ha : plus grand vignoble au Monde. Les années passeront avec des hauts et des bas jusqu’à la guerre de 14-18 qui stoppera provisoirement l’activité de la propriété. Mais pour mon arrière-arrière-grand-père, il était hors de question de renoncer à toutes les perspectives intéressantes que représentait le Cognac.

Certaines années Maurice MOREAU fera distiller son vin à façon pour avoir du Cognac, le stocker en attendant de bonnes conditions de vente. Sa fille Denise, et son époux Paul CHAURAUD, continueront l’activité. En 1955, l'arrière-petit-fils de Maurice, Claude, et son épouse, reprennent l’exploitation et continuent l’activité. Mais en 1970, ils achètent leur propre alambic et distillent ainsi eux-mêmes leur propre Cognac. En 1972, les premiers signes de surproduction apparaissent avec en fond une crise économique mondiale. L’époque est très difficile, les rentrées d’argent se font rares. Ils auront 2 filles et un fils, Jean-Paul.

C’est à ce moment-là qu’ils décident de commencer la vente directe. Ils vont beaucoup investir et 3 ou 4 ans plus tard, les premiers signes de reprise arrivent. Ils pensent maintenant à fabriquer du pineau. Au fil des années la gamme de produits va s’élargir : après le cognac, c’est le pineau. Les ventes augmentent régulièrement. Ils arrivent à la retraite. Après mûre réflexion le fils, Jean-Paul et la belle-fille, Bénédicte, vont arrêter leurs activités professionnelles respectives et revenir au pays avec leurs 3 enfants. L’entreprise familiale de s’arrêtera pas, et la gamme de produits va continuer de s’élargir aux vins de pays, puis aux liqueurs, aux cocktails, aux jus et pétillants de raisin. Les produits vont être totalement relookés.


 

Aujourd’hui, une vingtaine de produits fabriqués à la propriété, est commercialisée. En plus, des produits régionaux sont sélectionnés et revendus par nos soins.

Nos produits dans la distillerie, à découvrir aussi sur notre site, rubrique "Nos produits". 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now